Label Ombres / Carole Arcega


PERFORMANCES

Kami Hitoé

Performance
Danse Butô, Projections photos-vidéos-ombres, Musique live
Paris, 2007
Production: calvacréation & Label Ombres
Conception & Réalisation collective

Danse Butô : Yumi Fujitani
Projections images : Carole Arcega, Fabrice Croizé & Sabrina Montiel-Soto
Création sonore: Anthony Carcone

Côte à côte sur un fil
entre les deux
une feuille de papier
très fine

Disposition:
L’espace et le public sont immergés dans des images de lignes,
de fils, de dentelles… Une danseuse évoque par son corps
les différentes étapes de la vie, en passant par la folie jusqu’à
la mort. La musique est créée en live à l’aide d’un fil de laine
frottées sur les cordes d’une guitare.

Technique:
2 vidéo projecteurs
1 projecteur diapo
3 rétro projecteurs
1 couple d’enceintes
1 mixette
6 tables hautes

————————————————————————————————————————————————-

Corps en émulsion

Performance pour danse et projecteur super 8, 40 mn
3 avril 2007
La Comète 347, Paris
Réalisation : Carole Arcega
Butô : Nobuo Harada
Perturbations sonores : Anthony Carcone

Emulsion / Emotion.
Un corps filmique entre en ébullition au contact d’un corps dansé.
Est-ce l’inverse ?
La performance Corps en émulsion tente une rencontre : le traitement du film comme un corps organique, et le traitement de la peau (pellis, pellicula) comme une surface photosensible.
Corps en émulsion est une performance qui peut être jouée seule, ou prendre différentes formes selon ses rencontres.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________

DANSE CHRONOPHOTOGRAPHIQUE : TRAJECTOIRE N°1

performance pour machines d’enregistrements sonores et visuels + corps en mouvement, 30 mn
La Ménagerie de Verre

23 avril 2007

Co-réalisation :  Label Ombres / La Comète 347

Réalisation et manipulation d’images : Carole Arcega
Chorégraphie et corps dansé : Anne-Gaëlle Thiriot
Perturbations sonores : Anthony Carcone

Genèse :
Nous savions dans quelle direction aller et plus ou moins où arriver, bien que notre itinéraire eût sans doute été amené à varier selon les conditions au moment du voyage. Nous savions à quelle heure partir. Nous savions que sur cette ligne, par définition de dimension infinie, il y avait un sens à trouver. Nous savions à qui faire appel en cas de besoin (Etienne-Jules Marey, Marcel Duchamp, Loïe Füller). Le reste n’existait pas encore.
Une ligne sert de base au tissage d’une relation complexe et inespérée entre le film et la danse, ou entre la pellicule et la peau ; entre le corps du film, l’essence du mouvement et l’environnement sonore qu’il crée ou qui le crée ; entre champ magnétique, sueur et technologie de l’ether. À la recherche d’une magie d’aujourd’hui, ces trajectoires se présentent comme des essais entre le chimique et le chimérique, pleins d’abstraction mais avant tout présents concrètement dans l’instant de leur construction.

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Camera Obscura

Performance pour 5 projecteurs super 8 et un projecteur 16mm, 35mn
2006

Co-réalisation
Images : Sébastien Cros
Interventions plastiques : Carole Arcega
Programmation sonore en temps réel : Emmanuel Lefrant

Triptyque réunissant les trois performances Nocte, Tabula Rasa, Alba.

Un parcours imaginaire à travers l’Europe trace une cartographie de la ruine, un voyage mélancolique à travers le temps, un regard sur l’empreinte et la trace, l’absence, la pierre et la poussière. Eprouver le support argentique, comme un mur éprouve le passage de l’homme et du temps.
“Un travail de recherche plastique autour de l’entre-image, de la fusion entre la figure de la photographie, le corps du film, le son, et plus largement, sur l’implication du corps dans l’œuvre. Comment mon intervention en temps réel sur l’image peut-elle avoir un impact sur la réalité du monde ?
Il s’agit d’un cinéma-performance qui se montre en tant que matériau, en procès. C’est un cinéma vivant et une nouvelle forme de documentaire.”








%d bloggers like this: